Élections Australie 2016

Billet de blogue rédigé par Samuel Fourtina dans le cadre du cours POL 3015 (automne 2017)

La politique australienne de 2016 prend vraisemblablement une tournure de mythologie grecque. À la manière de Prométhée, le ministre des communications Malcolm Turnbull prend le pouvoir des mains du premier ministre Tony Abbott, au nom du bien du peuple australien[1]. Il décide ensuite, moins d’un an plus tard, de dissoudre les deux chambres de pouvoir et de se lancer dans une campagne électorale de 55 jours. La double dissolution du parlement et du sénat laisse une chance aux plus petits partis de prendre leur part du gâteau politique, puisque tous les sièges sont disponibles lors ces élections[2]. Cependant, une des motivations de la décision de cette double dissolution de la part de Malcolm Turnbull, est d’assurer une plus grande majorité et un plus grand pouvoir dans les deux chambres[3]. Cette raison est devenue majeure pour le parti de Turnbull suite au déclin de la popularité de Tony Abbott et l’augmentation du risque pour le parti de perdre le pouvoir s’il fallait attendre encore deux ans avant les prochaines élections[4].

 

Les 55 jours menant à la journée des élections du 2 juillet 2016, sont parsemés de plusieurs évènements marquants. Tout d’abord, même s’il y a plus d’une dizaine de partis inscrits pour ces élections, seulement deux partis peuvent réellement aspirer au pouvoir. La Coalition Libérale/Nationale de Malcolm Turnbull et le Labor Party de Bill Shorten sont les deux partis principaux en questions. Lors de la campagne, ils se lancent sans cesse dans une guerre de mots visant toujours à pointer les défauts de l’autre et de mettre de l’avant les solutions de leur parti[5]. Ces deux partis ont même créé des publicités qui attaquent directement et ouvertement l’autre parti[6], à un point tel que le premier ministre a demandé à tous les partis de focaliser sur les points importants de la campagne tel que l’économie et l’emploi[7]. De plus, le concept bipartisme lors de la campagne électorale est tellement fort que les firmes de sondage présentent toujours en premier plan des résultats impliquant seulement les deux partis principaux. Lors de la campagne électorale, les intentions de vote se sont situées entre 40% et 43% pour la Coalition Libérale/Nationale et entre 35% et 36% pour le Labor Party. Le parti le plus près de ces deux partis est le parti Greens qui se situe entre 9% et 10% des intentions de vote.[8]

 

Malgré un fort bipartisme, un total de quatre partis politiques pouvaient espérer au moins un siège à la chambre des représentants ou au sénat. Premièrement, la Coalition Libérale/Nationale composée du Parti Libéral de Malcolm Turnbill et du Parti National de Barnaby Joyce. Le Parti Libéral est principalement préoccupé par la croissance économique de l’Australie et tente de se racheter d’une époque de politique austère. Il tente surtout de faciliter la transition entre une économie principalement minière et une économie plus diversifiée qui crée des emplois et sécurise le futur des familles du pays.[9] Pour sa part, le Parti National appuie le plan du Parti Libéral et concentre une grande partie de sa plateforme électorale à faire croitre l’économie rurale australienne[10]. Ceci explique l’appui important des régions rurales envers ce parti et l’intérêt du Parti Libéral de créer une coalition avec ce parti[11]. Cette coalition adopte également une idéologie conservatrice et de droite économique. Deuxièmement, le Labor Party, qui est l’opposition officielle au moins jusqu’au jour des élections, est un parti qui se situe plus à gauche autant à l’échelle économique qu’à l’échelle sociale. Il se concentre également sur l’économie puisqu’elle est une question centrale des élections de 2016, mais il porte aussi une attention particulière à l’idée d’un salaire juste et équitable pour tous. De plus, le Labor Party consacre une grande partie de sa plateforme à combattre les changements climatiques, à bâtir un système d’éducation accessible et à améliorer la vie des peuples indigènes vivant sur le territoire australien[12]. Finalement, le dernier parti d’influence est le Greens Party de Richard Di Natale qui repose sur quatre principes fondamentaux;
la durabilité écologique, la démocratie de base, la justice sociale et la paix et la non-violence[13]. Ce parti est le plus à gauche de tous les partis politiques australiens importants.

 

Le jour des élections arrivé, les citoyens australiens ont l’obligation[14] d’aller voter, ce qui propulse le taux de participation aux élections fédérales autour  des 93%[15]. Pour espérer remporter les élections, un parti doit remporter 76 des 150 sièges disponibles à la chambre des représentants et 39 des 76 sièges disponibles au sénat. Contrairement aux élections canadiennes, les citoyens australiens doivent attendre plusieurs jours avant de connaitre les résultats électoraux. C’est donc le 10 juillet 2016, huit jours après le vote[16] que la Coalition Libérale/Nationale proclame sa victoire avec le minimum de sièges requis pour une majorité à la chambre des représentants. La Coalition remporte donc 76 sièges tandis que le Labor Party obtient 69 sièges et devient encore une fois l’opposition officielle. Pour sa part, le Greens Party réussit à extirper un seul siège des 150 disponibles.[17]

 

Il est cependant intéressant d’observer une différence significative dans les résultats au niveau du sénat par rapport à la chambre des représentants. De ce côté, la Coalition Libérale/Nationale perd son pari et n’arrive pas à acquérir une majorité de sièges au sénat. Elle obtient seulement 30 sièges des 76 disponibles tandis que le Labor Party obtient 26 sièges. Par contre, le Greens Party obtient un plus grand succès au sénat en obtenant 9 sièges. Les autres partis se partagent donc les 11 sièges restants, ceci étant une différence considérable par rapport à la chambre des représentants qui ne laisse que 5 sièges non remportés par un des deux grands partis[18].

 

Au-delà des sièges remportés, deux indicateurs statistiques sont intéressants à expliquer. Dans un premier temps, le nombre de partis effectif à la chambre des représentants lors de ces élections est de 3,18 et démontre que plus de deux partis ont une influence importante lors des élections. Cet indicateur est probablement une des raisons pour laquelle certains analystes politiques pensent que le bipartisme australien prendra bientôt fin[19]. Dans un deuxième temps, l’indicateur de disproportionnalité étant de 4,74 démontre qu’il y a une différence significative entre le pourcentage de vote obtenu et le pourcentage de sièges remportés. Cet écart est souvent observé lorsqu’un taux de participation est plus bas, ce qui est donc étonnant lors de vote obligatoire. Une explication possible pourrait être que les citoyens australiens sont de plus en plus cyniques et  portent de moins en moins d’intérêt envers la politique[20]. Finalement, malgré une victoire in extrémiste de Malcolm Turnbull et une population désintéressée, rien ne garantit que le premier ministre ne soit pas victime à son tour d’un autre Prométhée opportuniste.

 

BibliographiE

Le monde Asie-Pacifique, Australie : le premier ministre conservateur remporte les élections législatives, [http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/07/10/australie-le-premier-ministre-conservateur-remporte-les-elections-legislatives_4967105_3216.html] (site consulté le 28 novembre 2017)

The Sydney Morning Herald, Federal Election 2016: Malcolm Turnbull calls July 2 double dissolution poll [http://www.smh.com.au/federal-politics/federal-election-2016/federal-election-2016-malcolm-turnbull-calls-july-2-double-dissolution-poll-20160508-gop342.html] (site consulté le 28 novembre 2017)

The Sydney Morning Herald, Election 2016: The Liberals and Labor launch their first campaign ads [http://www.smh.com.au/federal-politics/federal-election-2016/election-2016-the-liberals-and-labor-launch-their-first-campaign-ads-20160508-gop4gz.html] (site consulté le 28 novembre 2017)

The Guardian, The Malcolm Turnbull urges all parties to focus on 'bread and butter' issues, [https://www.theguardian.com/australia-news/2016/aug/27/malcolm-turnbull-urges-all-parties-to-focus-on-bread-and-butter-issues] (site consulté le 28 novembre 2017)

Le Figaro, Australie: début des élections législatives, [http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/02/97001-20160702FILWWW00011-australie-debut-des-elections-legislatives.php] (site consulté le 28 novembre 2017)

The Australian, News Poll, [http://www.theaustralian.com.au/national-affairs/newspoll] (site consulté le 28 novembre 2017)

com.au, Hijacking of preferences by electoral sharpies will be countered by law changes, [http://www.news.com.au/national/politics/hijacking-of-preferences-by-electoral-sharpies-will-be-countered-by-law-changes/news-story/ca88a75502c77535b66eb2a8b1f92cdb] (site consulté le 28 novembre 2017)

Le Figaro, Premier minister australien encore affaibli ,[http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/14/97001-20150914FILWWW00039-le-premier-ministre-australien-encore-affaibli.php] (site consulté le 28 novembre 2017)

Liberation, Australie : le multimillionnaire Malcolm Turnbull investi premier ministre,[http://www.liberation.fr/planete/2015/09/15/australie-le-multimillionnaire-malcolm-turnbull-investi-premier-ministre_1382694](site consulté le 28 novembre 2017)

ABC Radio Australia, Australie : les élections se tiendront vraisemblablement le 2 juillet, [http://www.radioaustralia.net.au/french/2016-04-19/australie-les-%C3%A9lections-se-tiendront-vraisemblablement-le-2-juillet/1571408] (site consulté le 28 novembre 2017)

BBC News, Who's who in Australia's 2016 federal elections?, [http://www.bbc.com/news/world-australia-36558115] (site consulté le 28 novembre 2017)

Liberal Party, The Reason Our plan, [https://www.liberal.org.au/our-plan] (site consulté le 28 novembre 2017)

Labor Party, Our Vision for Australia, [http://www.alp.org.au/national_platform] (site consulté le 28 novembre 2017)

The Nationals, Our plan for a strong new economy, [http://nationals.org.au/our-plan/] (site consulté le 28 novembre 2017)

The Greens, Our party, [https://greens.org.au/about] (site consulté le 28 novembre 2017)

Australian Electoral Comission, The 2016 federal election, [http://aec.gov.au/Elections/Federal_Elections/2016/index.htm] (site consulté le 28 novembre 2017)

ABC News, Election 2016: LNP retains Capricornia, gives Coalition 76-seat majority government, [http://www.abc.net.au/news/2016-07-11/coalition-secures-majority-government-as-lnp-retains-capricornia/7587578](site consulté le 28 novembre 2017)

Le Monde Asie-Pacifique, En Australie, l’incertitude après les élections législatives,[http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/07/02/en-australie-l-incertitude-apres-les-elections-legislatives_4962665_3216.html] (site consulté le 28 novembre 2017)

Perspective Monde, Élections législatives, [http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMElection?codePays=AUS&dateElection=AUS201672&codeInstitution=1] (site consulté le 28 novembre 2017)

Contrepoints, Australie : fin du bipartisme ?, [https://www.contrepoints.org/2016/07/27/261461-australie-fin-bipartisme] (site consulté le 28 novembre 2017)

 

Notes

[1] http://www.liberation.fr/planete/2015/09/15/australie-le-multimillionnaire-malcolm-turnbull-investi-premier-ministre_1382694

[2] http://www.news.com.au/national/politics/hijacking-of-preferences-by-electoral-sharpies-will-be-countered-by-law-changes/news-story/ca88a75502c77535b66eb2a8b1f92cdb

[3]http://www.radioaustralia.net.au/french/2016-04-19/australie-les-%C3%A9lections-se-tiendront-vraisemblablement-le-2-juillet/1571408

[4]http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/14/97001-20150914FILWWW00039-le-premier-ministre-australien-encore-affaibli.php

[5]http://www.smh.com.au/federal-politics/federal-election-2016/federal-election-2016-malcolm-turnbull-calls-july-2-double-dissolution-poll-20160508-gop342.html

[6]http://www.smh.com.au/federal-politics/federal-election-2016/election-2016-the-liberals-and-labor-launch-their-first-campaign-ads-20160508-gop4gz.html

[7]https://www.theguardian.com/australia-news/2016/aug/27/malcolm-turnbull-urges-all-parties-to-focus-on-bread-and-butter-issues

[8] http://www.theaustralian.com.au/national-affairs/newspoll

[9] https://www.liberal.org.au/our-plan

[10] http://nationals.org.au/our-plan/

[11] http://www.bbc.com/news/world-australia-36558115

[12] https://cdn.australianlabor.com.au/documents/ALP_National_Platform.pdf

[13] https://greens.org.au/about

[14]http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/07/02/97001-20160702FILWWW00011-australie-debut-des-elections-legislatives.php

[15]http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMElection?codePays=AUS&dateElection=AUS201672&codeInstitution=1

[16]http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/07/10/australie-le-premier-ministre-conservateur-remporte-les-elections-legislatives_4967105_3216.html

[17] http://results.aec.gov.au/20499/Website/HouseDefault-20499.htm

[18] http://results.aec.gov.au/20499/Website/HouseDefault-20499.htm

[19] https://www.contrepoints.org/2016/07/27/261461-australie-fin-bipartisme

[20] https://www.contrepoints.org/2016/07/27/261461-australie-fin-bipartisme

Ce contenu a été mis à jour le 2 décembre 2017 à 13 h 39 min.

Commentaires

Laisser un commentaire