Haïti : Les élections législatives (sénatoriales) de 2015-2016

Billet de blogue rédigé par Lovely Barreau dans le cadre du cours POL3015 (automne 2017)

Les élections législatives haïtiennes de 2016 sont un prolongement du processus électoral entamé depuis août 2015 et qui se sont poursuivis le 25 octobre 2015 et le 20 novembre 2016. Ces élections visaient à élire 99 députés de la chambre et les 30 sièges du sénat. Plus d’une vingtaine de partis politiques ont pris part à ces élections qui ont eu lieu dans les 10 départements du pays.  Le parti politique au pouvoir PHTK avait déployé de grands moyens en termes de communication électorale (Affiches, interviews, médias meeting électorale) pour ramener les électeurs à son camp. Les électrices et électeurs devaient élire deux tiers du sénat, soit 20 sénateurs sur 30 pour compléter un sénat dysfonctionnel avec 10 sénateurs. Le pays compte 10 départements à raison de trois sénateurs par département. Le taux participation s’élevait à 18%[1] (Alterpresse, 2016).

 

Présentation de la campagne électorale

La campagne était marquée par deux types de discours. Un discours, porté par les candidats du parti au pouvoir PHTK, prônant la continuité des actions entreprises par l’ancienne administration; un autre discours des autres partis politiques qui font la promotion de nouvelles façons de faire, donc d’un changement de paradigme et surtout un discours contre la corruption et un parlement partisan.

La campagne électorale a été très longue; elle a duré plus d'une année, car elle a été marquée par des incertitudes tant que le processus en entier a été remis en question par les acteurs (candidats) eux-mêmes. Beaucoup de reports et d’incidents violents ont marqué cette campagne électorale suivie de très près par la presse locale, nationale et internationale.

Au cours de cette campagne électorale, des stratégies de communication de proximité ont été mises en œuvre, beaucoup de rencontres électorales ont eu lieu par des candidats dans leurs départements et communes respectifs. Toutefois, contrairement aux élections présidentielles, les candidats aux sénatoriales ont été moins présent dans les médias traditionnels. Il y a eu de rares émissions ou ils étaient invités à intervenir sur leurs plans d’actions ou sur leurs éventuels projets de loi. Le journaliste Valery Numa, dans le cadre de son émission sur la radio vision 2000, a reçu les candidats les mieux placés ou les plus populaires. D’autres journalistes ont réalisé des face à face entre les candidats les mieux placés. Certaines universités privées ont également organisé des débats ou les candidats (sénateurs et députés) ont exprimé leurs points de vue sur les grandes questions nationales.

Malgré les nombreuses protestations de la population, les grands moyens de communication déployés par le parti au pouvoir Parti haïtien tét kale (PHTK) ont permis à ses candidats d’être en tête des intentions de vote. Un sondage réalisé par la firme BRIDES[2] (Le National, 2015) affirmait que le parti politique du pouvoir PHTK et ses alliés (le Kid et le parti Bouclier) auraient plus de sièges au parlement. Ce sondage avait été réalisé dans l’optique du premier tour mais il n’y avait pas de confirmation des tendances pour le second tour qui avait eu lieu quelques mois après.

 

Les candidats et les partis politiques

Le parti Verite, très fort dans l’Ouest

Les candidats Antonio Cheramy, chanteur engagé, et Daniel Fils-aimé, homme d’affaires sont les membres influents du parti Verite mis en place en 2014 par l’ancien président René Garcia Préval[3]. Ce parti politique est réputé au niveau du centre-droit.

Toutefois, le candidat Antonio Cheramy est un élément de la gauche haïtienne. A travers sa musique, il critiquait les politiques néolibérales, de droite, anti-peuple mises en place par l’administration PHTK avec le président Joseph Michel Martelly. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu cette grande popularité qui lui propulsera au Sénat de la République. Il promet d’être l’avocat de la population défavorisée, de défendre l’ajustement de salaire des ouvriers de la sous-traitance et de combattre l’augmentation du prix de l’essence et des transports publics.

Daniel Fils-Aimé, fils d’un député de gauche, est devenu homme d’affaires de tendance centre-droit qui milite pour la création de richesses et d’entreprises viables. Membre du parti Verite; il promet une loi sur l’octroi des crédits aux petites entreprises.

 

Le PHTK, parti au pouvoir et ses allies (KID, Bouclier)

Le Parti Haïtien Tet Kale (PHTK)[4] (RFI, 2015) est un produit de l’ancien président Michel Martely. C’est un parti de droite très proche de la bourgeoise haïtienne qui a beaucoup d’influence politique en Haïti. Ce parti, appuyé par des alliés est très fort dans beaucoup d’endroits du pays sauf dans quelques départements où le parti Verite de l’ancien président René Préval lui domine.

Les alliés de PHTK sont le KID (Konvention Inite Demokratik) parti de Evans Paul, qui est ancien premier ministre du gouvernement Martelly. Bouclier, Parti d’un ancien conseiller de Martelly et Consortium National des partis politiques haïtiens qui est le Parti de Guy Phillipe, un ami et allié de Martelly.

Le PHTK et ses alliés ont présenté comme candidats : dans le département du centre Willot Joseph. Au niveau de la Grand’Anse, Guy Philippe, un ancien commissaire de police. Il se retrouve au sein du Consortium National des partis politiques haïtiens. En face de Guy Philippe, il y avait Carl Antoine, membre de L’Organisation Peuple en lutte (OPL, parti de centre gauche), un parti qui a occupé les avenues du pouvoir par le passé.

 

Ce qui reste du grand parti Lavalas

Fanmi Lavalas est le parti politique de l’ancien président Jean Bertrand Aristide qui raflait tous les postes au niveau du parlement dans les années 90 jusqu’au début des années 2000. C’était un parti extrêmement populaire qui dominait la scène politique haïtienne depuis plus de 20 ans. Toutefois, depuis la chute d’Aristide en 2004, ce parti a du mal à se reconstituer, mais reste populaire dans certaines zones défavorisées du pays. Dans le département des Nippes, ce parti a présenté un puissant sénateur comme candidat à sa propre succession, Nenel Cassy.

 

La liste complète des candidats et des partis politiques aux élections sénatoriales 2015-2016[5]

 

Le sondage

Dans le cadre de ce sondage, la frime BRIDES[6] (Haiti Libre, 2015) avait interrogé 11 350 personnes sur leurs intentions de votes.

Dans le département de l’ouest, Antonio Cheramy arrive en tête avec plus de 56 pour cent des intentions de vote, alors que Daniel Fils-aime en a obtenu 22%

Pour le département du centre, Willot Joseph a obtenu 43% des intentions de vote. Il est suivi de Joseph Joël Louis qui a bénéficié de 11% alors que Wilfrid Gélin et Jean Junior Jiha n’ont récolté respectivement que 9.3, 8.1 et 7.5% des intentions exprimées.

Dans le département de la Grand ’Anse, Guy Philippe a recueilli 51%. Il est suivi de Carl Antoine avec 11.2 %, Sorel Jacinthe avec 9.7%, Michel Clérié avec 9.4%.

Dans les Nippes, Nenel Cassy est arrivé en tête avec 36.8% suivi de Léonard Sertilien avec 18.2%.

Dans le département du Nord, l’ancien sénateur de 2006 Kelly C. Bastien a obtenu 27% d’appréciation des électeurs. Il est suivi de Nawoom Marcellus qui a eu 16.6%.

Dans le département du nord-ouest, Evalière Beauplan a bénéficié de 38.1% des intentions de vote suivi de Laurent Beauge avec 15.8%.

Dans le département du sud-est, Joseph Lambert a recueilli 31.2 % des intentions alors que Ricard Pierre en a obtenu 21%.

 

Les résultats électoraux du 1er et du 2e[7]

Élus au premier tour[8] (HPN, 2015)

Ouest : Jean Renel Senatus - LIDE 101 000 votes - 48% ; Antonio Cheramy – Verite (297.260 votes - 64 %)

Nord-Est : Wanique Pierre - PHTK 58.74% ; Ronald Lareche –Verite (30304, 28%)

Sud-Est : Joseph Lambert – KONA 53.78%

Artibonite : Youri Latortue - AAA 51,579 votes 46%

Nord-Est : Jacques Sauveur Jean - PHTK 18968 votes    17,6%

Centre: Willot Joseph - PHTK 43.491 votes 38.68% et Wilfrid Gelin - PHTK 23.77% Grand’Anse : Guy Philippe - Consortium 24648 35.46% et Sorel Jacinthe - Inite Patriyotik 29.64%

Nord : Dieudonne Etienne Luma - PHTK 34.94% et Nawoon Marcellus - BOUCLIER 49.560 votes 31.21%

 

Élus au second tour[9] (Haiti libre 2016)

Artibonite : Carl Mura Cantave pour le département de l’Artibonite avec 96383 donc 53% des voies

NIPPES : Nenel Cassy, parti Lavalas avec 30 953 votes (30%) et Francenet Denis du parti verite 28 801 votes (28 %)

NORD-OUEST : Onondieu Louis, parti KID, 47985 votes, 37 % et Evaliere Beauplan du parti PONT avec 47509 de votes (36,95 %)

SUD : Jean Marie Junior Salomon du parti OPL a fait une totalité de 59 580 (28 %) et Richard Herve Foucand du PHTK a obtenu 57849 (27%)

Sud-EST : Dieupie Cherubin du parti KID  51251 (28,8 %) ; Ricard Pierre de Pitit Desalin 50 437 (28,2 %) et Joseph Lambert de KONA avec 53.78%

 

Il est difficile d’émettre un nombre sur les partis politiques en Haïti car ces derniers naissent davantage à chaque élection. Pour les dernières élections législatives de 2015 - 2016 il y eu un taux de participation de 18% avec 126 partis et plateformes politiques; les haïtiens se montrent peu intéressés à participer dans les élections. Cette abstention des citoyens aux urnes est due par l’absence de campagne d’information tant par les autorités que par les candidats sur les enjeux des élections législatives qui accusent pourtant un retard de six ans, et le nombre incalculable de partis est tout aussi pesant pour les électeurs. Pourtant en 2010 suite a une catastrophe naturelle ayant causé d’énorme perte en vie humaine et matérielle le taux de participation était un petit peu plus élevé soit 22,5% de la population ont pris part dans les élections pour élire de nouveaux représentants.

Bibliographie

Alterpresse, 2015, Haïti-Élections : 18% de participation, http://www.alterpresse.org/spip.php?article18722#.WhhL1FXiZdh

Le National, 2015, Coup d’œil sur la tendance des votes pour les législatives,  http://www.lenational.org/coup-doeil-sur-la-tendance-des-votes-pour-les-legislatives/

Haïti-libre, 2016, la liste complète des candidats au sénat http://www.haitilibre.com/docs/candidats-tiers-senat-2016.pdf

RFI, 2016, Législatives en Haïti : le parti PHTK en tête des résultats au sénat http://www.rfi.fr/ameriques/20161205-haiti-legislatives-resultats-parti-phtk

Haïti-libre, 2015: 2e tour Sénateurs, intentions de vote (Sondage BRIDES), http://www.haitilibre.com/article-19936-haiti-flash-2e-tour-senateurs-intentions-de-vote-sondage-brides.html

Haïti Libre, 2015 et 2015, Résultats des élections sénatoriales, http://www.haitilibre.com/article-19427-haiti-flash-resultats-des-elections-1-3-senat-legislatives-complementaires.html,

http://www.haitilibre.com/article-16099-haiti-flash-resultats-definitifs-du-2e-tour-des-senatoriales-du-25-octobre-2015.html

 

Notes

[1] http://www.alterpresse.org/spip.php?article18722#.WhhCulXiZdg

[2] http://www.lenational.org/coup-doeil-sur-la-tendance-des-votes-pour-les-legislatives/

[3] René Garcia Préval est le seul politicien haïtien qui a été élu président d’Haïti a deux reprises (1996-2001 puis 2006-2011) et ont achevé ses deux mandats.

[4] http://www.rfi.fr/ameriques/20161205-haiti-legislatives-resultats-parti-phtk

[5] Voir la liste complète des candidats au Senat : http://www.haitilibre.com/docs/candidats-tiers-senat-2016.pdf

[6] http://www.haitilibre.com/article-19936-haiti-flash-2e-tour-senateurs-intentions-de-vote-sondage-brides.html

[7] http://www.haitilibre.com/article-16099-haiti-flash-resultats-definitifs-du-2e-tour-des-senatoriales-du-25-octobre-2015.html

[8] http://www.hpnhaiti.com/site/index.php/elections/16610-haiti-elections-les-resultats-des-senatoriales-pour-chaque-departement-pdf

[9] http://www.haitilibre.com/article-19427-haiti-flash-resultats-des-elections-1-3-senat-legislatives-complementaires.html

Ce contenu a été mis à jour le 6 décembre 2017 à 22 h 08 min.

Commentaires

Laisser un commentaire